Incontournables dans tous les travaux de fixation murale et de plafond, les chevilles ont pour fonction de soutenir la charge de l’objet à accrocher. Elles doivent être posées dans le respect de certaines règles, sans quoi votre étagère, luminaire ou tableau risque de ne pas tenir en place et tomber.

Pour commencer : définir le type de mur et le poids de l’objet à accrocher

La première étape avant de vous hâter à fixer vos chevilles consiste à déterminer la nature du mur ou de la cloison. Essayez de voir s’il s’agit d’un mur creux en placo, en briques creuses ou en moellon ou s’il est plutôt question d’un mur dur et plein réalisé en béton, en pierres naturelles, en moellons ou briques pleines. Voyez également si le matériau est tendre ou friable. Et s’il est question d’une cloison, il va falloir déterminer son épaisseur et sa composition. Une fois cette étape initiale achevée, il est temps d’aller peser les objets à accrocher. Ces tâches préalables sont indispensables pour pouvoir choisir le bon type de cheville. Attention, il est déconseillé d’utiliser ce support pour fixer des placards par exemple, car ces derniers sont trop lourds et la fixation risque de céder très rapidement sous la pression exercée.

Quelle cheville choisir ?

Connaître la caractéristique du mur ou de la cloison et celle de l’objet à poser va faciliter le choix du type de chevilles. Car sachez que sur le marché, il existe d’innombrables modèles. Sur les murs pleins comme le béton, le parpaing plein, la brique pleine, le béton cellulaire ou la pierre, on préfèrera les chevilles boulon, à frapper ou à expansion. Sur les structures creuses de type parpaing creux, plaque de plâtre ou brique creuse, les chevilles à bascule, à visser ou Molly feront largement l’affaire.

Les étapes de la fixation

Pour cet ouvrage, vous avez besoin d’un certain nombre d’outils à savoir une perceuse/visseuse dont la mèche est compatible avec les chevilles, d’un maillet en caoutchouc, des vis bien évidemment, d’un crayon et d’un niveau à bulles. S’il est question de poser des chevilles Molly, une pince spéciale est requise à l’écartement des branches.

Avant le perçage du mur, prévoyez également un détecteur de métaux pour être sûr que derrière, il n’y a ni tuyaux ni câbles. Réalisez ensuite le trou à l’aide de votre perceuse/visseuse en vous assurant que son diamètre soit égal à celui de la cheville. Prévoyez 1 mm de moins si le mur est fait d’une matière tendre. Pour ce qui est de la profondeur du perçage, il faut qu’elle soit plus élevée que l’ancrage. En outre, n’oubliez pas de prendre en compte l’espacement entre les deux vis qui doit être de 4 fois la profondeur d’ancrage. Sur l’emballage normalement, vous devez trouver des informations sur le diamètre et la longueur des chevilles.

Pour éviter que la poussière ne salisse toute la maison, placez du scotch sous le trou à visser. Attention, la cheville risque de ne pas trop adhérer s’il y a trop de poussières dans ledit trou. Donc, vous devez d’abord nettoyer ce dernier avant de passer à la fixation.

Laisser un commentaire